Contribuer au financement de la vie paroissiale

17 décembre 2016

Un des devoirs de chaque chrétien est de subvenir au fonctionnement de l’Église, c’est à dire :

  •  des prêtres du diocèse (ceux de sa paroisse mais aussi ceux des paroisses dont les fidèles sont peu nombreux).
  •  de la Paroisse à laquelle il est rattaché (entretien des bâtiments - églises et locaux paroissiaux - fonctionnement).
  • des projets diocésains.


Le fidèle aidera financièrement l’Eglise diocésaine :

  •  en versant tout d’abord sa participation au Denier de l’Église.
    Cet argent permet d’attribuer un salaire décent à chaque prêtre : traitement net de 672€, auquel il faut ajouter 668€ de charges sociales (retraites + assurance maladie).
     Les prêtres retraités encore en activité,reçoivent un complément à leur retraite qui les place au même niveau que leurs collègues non à la retraite.
     A noter qu’ en faisant dire une messe à l’intention de quelqu’un, le fidèle apporte un complément de salaire au prêtre qui la dit. Une contribution de 17€ est en effet demandée.
  •  en payant le casuel, participation qui lui est demandée lors des grands moments de la vie chrétienne (30€ pour un baptême, 150€ pour un mariage, 150€ pour des obsèques).
     Cet argent est destiné au Diocèse et à son fonctionnement.


La Paroisse, elle, tire ses ressources financières de :

  • la vente des cierges,
  • des quêtes hormis les « quêtes impérées » dont la destination est réservée à des services précis (vocations, séminaristes, chantiers diocésains, aumôneries, CCFD, Secours catholique, etc),
  • des legs ou dons qui lui sont faits.

Ces divers financements permettent de couvrir les divers postes budgétaires liés à son fonctionnement : l’entretien des locaux, les consommations d’eau et d’électricité, le chauffage, le téléphone, les photocopies, les assurances, les taxes foncières et d’habitation.
En outre, ils permettent d’envisager l’avenir, en particulier les grands travaux de mise en conformité des locaux que la Paroisse possèdent.