La fête de la Sainteté dans la cathédrale (3)

18 octobre 2019

Au fil du calendrier (àpartir du 20 octobre 2019) , vous sont présentés les saints qui figurent peints ou sculptés, discrets ou bien visibles, présents dans la cathédrale...


Accès à :


Dimanche 8 décembre 2019

Le Bienheureux César de Bus est le saint choisi par notre Doyenné de
Cavaillon-l’Isle sur la Sorgue, sur le chemin vers la Fête de la Sainteté, qui se déroulera à Carpentras, le 10 mai 2020.
Le Bienheureux César de Bus est né à Cavaillon, le 3 février 1544, septième d’une famille de treize enfants. Dans le livre qui consigne l’histoire familiale il est écrit : « c’était un dimanche, à 9h du matin. » et à cette occasion le papa note : « Au nom de Dieu et de la Vierge Marie et de tous les saints et saintes du paradis, ici sont notées les dates de naissance des enfants que Dieu nous donnera pour faire le bien ». Déjà cette indication nous fait gouter le climat : les fils, don de Dieu pour faire le bien, pour vivre le commandement de l’amour.
Le Bienheureux César de Bus, à propos de la famille, disait : « les parents doivent éduquer leurs fils avec l’exemple plutôt qu’avec les paroles, car l’exemple est plus efficace que les paroles. Comment voulez-vous que vos enfants prient le matin et le soir, si vous ne donnez jamais l’exemple ? Comment voulez-vous qu’ils vivent en chrétien si, dans votre vie, ils ne voient jamais une seule action faite avec un esprit chrétien ?  » Confions tous nos foyers au Seigneur par l’intercession du Bienheureux César de Bus !


Dimanche 1er décembre 2019

À partir d’aujourd’hui nous essayerons de mieux connaître le bienheureux César de Bus, choisis comme le saint du Doyenné de Cavaillon-l’Isle sur la Sorgue, en vue de la Fête de la Sainteté, qui se déroulera à Carpentras, le 10 mai 2020.
Etant cavaillonais, le Bienheureux César de Bus nous appartient d’une manière spéciale. Le 27 avril 1975, jour de sa béatification, le Pape Paul VI, en le proclamant bienheureux, l’a proposé comme modèle des catéchistes. C’était l’année sainte dans laquelle Paul VI invitait toute l’Eglise à vivre la grâce du Jubilée comme une opportunité pour une conversion à Dieu. La conversion à Dieu : c’était le même don qui avait bouleversé, 400 ans auparavant, le cœur de notre jeune provençal, le noble César de Bus.
Notre Archevêque, Mr Jean Pierre Cattenoz, a écrit : « aujourd’hui encore César de Bus est pour nous tous un modèle de sainteté qui a gardé toute son actualité. Fasciné comme tant de jeunes par la vie facile de son temps, Jésus l’attendait et se révéla à lui. Aussitôt, dans la lumière de cette rencontre, cet enfant du pays changea de vie, une seule chose comptait désormais pour lui : vivre pour son Seigneur ! Ne vivre que pour lui ! »


Dimanche 3 novembre 2019

Saint Véran de Cavaillon (VIe siècle) Evêque. Fête locale 13 novembre.

On ignore la date et le lieu de sa naissance, et les faits historiques se mêlent aux légendes rapportées par ses nombreux hagiographes. Ordonné prêtre par l’évêque de Mende, il évangélisa le Gévaudan avant de se retirer à Fontaine de Vaucluse pour y mener une vie solitaire ; il y édifia une petite église, puis partit en pèlerinage à Rome, multipliant les miracles à chaque étape de son voyage. Revenu à Fontaine, il débarrassa le pays du coulobre qui terrorisait ses habitants, ce qui lui valut d’être nommé évêque par le clergé et la population. Son action nous est connue par l’histoire des Francs de Grégoire de Tours : il participa au concile de Macon, porta le fils de Childebert d’Austrasie sur les fonts baptismaux, arbitra un différend entre les religieuses d’un couvent de Poitiers. Il s’éteignit le 11 novembre 590 lors d’un concile à Arles et fut inhumé le 13 à Fontaine de Vaucluse. Ses reliques furent transférées le 7 juillet 1311 en la cathédrale de Cavaillon où il est représenté en habit épiscopal ou de pèlerin, tenant enchainé le dragon de Vaucluse.
Les Cavaillonnais ont toujours eu une grande dévotion pour saint Véran : c’est sous sa sainte garde qu’ils se placèrent en 1720 lorsque le Grand Saint Antoine ramena d’Orient la peste à Marseille. En remerciement de sa protection, ils érigèrent une statue sur le cours Saint Véran (aujourd’hui dans la chapelle de l’Hôtel-Dieu).


Dimanche 27 octobre 2019

Toussaint ou fête de tous les saints. 1er novembre. Solennité.
Par cette fête, une des très grandes solennités de l’année liturgique (avec Noël, Pâques, l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption de la Vierge…), l’Eglise propose à ses membres d’honorer la foule innombrable et anonyme de ceux qui, ayant achevé leur parcours terrestre, partagent désormais la vie, le bonheur, la sainteté de Dieu. Ils sont infiniment plus nombreux que ceux que l’Eglise, après les avoir béatifiés ou canonisés, honore nommément comme des témoins exemplaires de la foi. Mais ils n’ont pas suivi d’autres chemins : ils se sont comportés en enfants de Dieu, portés par l’espérance d’être un jour accueillis par Lui comme leur Père, et s’efforçant de leur mieux, pour ce faire, de se comporter selon l’esprit des béatitudes évangéliques.
(Encyclopédie catholique Théo, 1989.)


Dimanche 20 octobre 2019 :

Sainte Thérèse de Jésus ou d’Avila (1515-1582).
Vierge, Docteur de l’Eglise. Fête le 15 octobre.
Née en Castille dans une famille noble, Thérèse fit ses études chez les religieuses augustines qu’elle dut quitter pour des raisons de santé, puis entra au carmel d’Avila : la règle de vie y était très souple mais Thérèse s’imposa une discipline rigoureuse. La nécessité d’un retour du carmel à la règle primitive s’imposa à elle, et elle fonda à Avila même en 1562 un nouveau couvent de stricte observance. A partir de 1567, avec saint Jean de la Croix, elle fonda plusieurs couvents de carmes et carmélites déchaux ou déchaussés (ils portent des sandales au lieu de chaussures), qui se multiplièrent en Espagne.
Thérèse relata ses expériences mystiques dans un livre autobiographique, le Livre de la vie : la plus célèbre est certainement La Transverbération (cœur transpercé par une flèche tenue par un ange), illustrée par une peinture dans la chapelle de la Vierge. Sur un grand tableau accroché dans la chapelle des fonts baptismaux sont peintes les représentations de trois de ses extases : la vision du clou donné par le Christ, le don du collier par Marie, et la remise de la robe blanche par Marie et Joseph. Thérèse et les Carmélites contribuèrent à développer la dévotion à saint Joseph, comme en témoignent deux tableaux dans la chapelle de la Vierge, la Sainte Famille, et Joseph et l’Enfant Jésus, provenant, comme les autres déjà cités, de la chapelle des carmélites de Cavaillon.